La genèse du  concept pixcard c’est avant tout la plaquette vidéo, une plaquette commerciale permettant de présenter une société, un produit ou un service à l’aide du support vidéo, qui au vu des statistiques de fréquentation de sites internet comme youtube, devient le média non seulement standard mais surtout incontournable.

Nous avons vu de nombreuses déclinaisons possibles du concept pixcard au cours de nos derniers articles, des différentes utilisations de la plaquette vidéo en elle-même en passant par la déclinaison en box (pixcard box), voyons maintenant une utilisation spécifique du concept dans un format particulier : la carte de visite ou namecard.

 

Présentation

la carte de visite vidéo ou video namecard a un format de 9,1 cm de large x 5 cm de haut x 0,86 cm d’épaisseur. Son écran est un 2,4 pouces soit 3,55 cm de haut pour 4,75 cm de large. Elle possède un haut parleur 2 watt, un plug mini USB et une mémoire de 128 Mo d’origine, que l’on peut accroître en fonction des besoins. Comme toutes les pixcards et toutes les plaquettes vidéo en générale, elle est fournie avec un câble USB qui permet à la fois de la recharger et d’accéder à sa mémoire interne.

Il existe 3 façons de la présenter :

  • Avec un rabat à gauche, l’écran se situe alors sur la “page” 3 de la carte, il sera déporté à droite ou à gauche pour laisser de la place au haut-parleur. Une carte de visite vidéo pour laquelle on aurait choisi de ne pas mettre de haut-parleur pourrait avoir un écran au centre. Dans cette configuration, la carte ouverte a donc des dimensions de 19,06 cm x 5 cm. L’ouverture du rabat déclenche la lecture de la vidéo

 

  • Avec un rabat en haut. La carte s’ouvre donc ici comme un calendrier traditionnel, ses dimensions ouvertes sont de 9,1 cm x 10,86 cm. La encore l’ouverture du rabat provoque la mise en route de la vidéo. L’écran peut aussi être au centre si le haut-parleur est absent.

 

  • En switch. La carte est alors façonnée un peu comme une boîte d’allumettes, une petite languette à droite permet de l’ouvrir. le tirage sur la languette provoque la sortie d’un bloc de chaque côté de la carte. le bloc de gauche contient l’écran, celui de droite le haut-parleur et de la place pour du graphisme puisque là encore, le haut-parleur est placé à l’intérieur du façonnage. La sortie des blocs enclenche la lecture de la vidéo. Cette configuration en switch est originale, elle a pour avantage un effet de surprise intéressant, elle est cependant un peu plus fragile que les deux autres.

Quelles informations sur une video namecard ?

 

Une carte de visite traditionnelle regroupe traditionnellement les informations suivantes : au recto le logo et nom de la société, voire un slogan, au verso les nom, prénom, du propriétaire, coordonnées téléphoniques, adresse email, voire postale, description de l’activité ou liste de produits ou services. Sur une carte de visite vidéo, ces informations sont bien sûr de rigueur. La page 1 sera dédiée principalement au logo et/ou au nom de la société. la page 2 (ou le bloc de droite pour un switch) ou la page 4 sera dédiée aux informations du propriétaire (verso d’une carte de visite traditionnelle). Dans le cas où la page 4 regroupe ses informations, la page 2 pourra être un peu plus descriptive sur l’activité et les produits de la société du propriétaire.

Quand à la vidéo il sera pertinent de la faire assez courte et impactante. Le format de la namecard ne permet pas l’insertion de bouton, notamment pour le volume, il faudra donc éviter d’axer la vidéo sur un discours informatif, il est préférable de faire une présentation en images de la société ou des produits avec un fond musical, quitte à intégrer du texte dans la vidéo.

Véritable intérêt ou gadget ?

Le débat a lieu d’être, une carte de visite se donne normalement à la suite d’un entretien au cours duquel on a pu présenter plus ou moins efficacement les activités de son entreprise, dans ce cas là il est peut-être préférable de laisser une plaquette vidéo avec un écran beaucoup plus conséquent à son interlocuteur. La carte de visite vidéo sera alors un peu de trop. Les échanges de carte de visite peuvent aussi se faire lors de rencontres événementielles, soirées, meetings etc. l’épaisseur de la carte de visite vidéo la rend un peu moins pratique à transporter en quantité et peut aussi incommoder le destinataire dans le contexte d’une soirée par exemple. Enfin elle peut être perçue comme un peu ostentatoire.

Mais quel impact !!! encore peu répandue, elle ne manquera pas de surprendre votre interlocuteur et de positionner votre image comme s’inscrivant dans l’audacieux et l’original. En fonction de votre activité, elle peut être un vecteur d’image puissant et différenciateur. Elle est virale, de part son originalité, elle sera montrée à d’autres personnes à coup sûr.

La carte de visite vidéo est donc un produit particulier, donc le coût reste à considérer en comparaison d’une carte de visite classique, mais dont l’impact est sans comparaison. La réflexion quant à sa mise en place dépend donc de nombreux facteurs qui devront être considérés au cas par cas en fonction des objectifs, de l’activité et de la politique marketing de votre entreprise.